Quand le sensationnalisme est roi

On entend beaucoup parler de l’affaire Guy Turcotte depuis hier, c’est même un Trending Topic sur Twitter. Ça me déçoit.

Ce n’est pas le verdict qui me déçoit. Ce n’est pas tant le crime horrible qui me choque. Ce qui me choque vraiment, c’est cette réaction démesurée de la populace à un faits divers, un évènement qui n’a absolument aucune incidence sur la vie quotidienne de M. et Mme. Tout le Monde.

Soi dit en passant, le système de justice ne fait pas dans le populisme, heureusement que l’avis du citoyen moyen n’est pas pris en compte, le Dr. Turcotte aurait sûrement été exécuté sommairement sans procès.

Mais ce n’est pas ça le pire. Le pire c’est le pourquoi de cette réaction ostentatoire dans les médias traditionnels et sociaux. La populace réagit aux faits divers non pas parce qu’elle est choquée, mais parce que ça donne bonne conscience de voir qu’il y’a pire que soi dans la société. Ça donne bonne conscience de voir que même si on néglige parfois sa famille, qu’on ne fait pas son boulot de façon consciencieuse, il y’a de bien plus faibles esprits que le nôtre dans la société. Et ils sont punis parce qu’ils sont la lie de la société, et nous sommes libres parce que nous sommes de droits citoyens.

Cette fois ça n’a pas fonctionné, le tueur n’est pas puni, la machination ne fonctionne pas. Ça fait vendre beaucoup de journaux par contre. Pitoyable.

VN:F [1.9.11_1134]
Rating: 0.0/5 (0 votes cast)
Rating 3.00 out of 5

Tags : | | |

Vous aimeriez peut-être aussi lire :

16 commentaires

  1. Merci pour cette réflexion dont je partage plusieurs points. Le quotidien Le Devoir ne consacrait qu’un article tiré de La Presse canadienne sur la question dans son édition d’aujourd’hui, contrastant avec les dossiers spéciaux sur le verdict consacrés par ses concurrents que je tairai ici. En revanche, il apparaît contradictoire de votre part de critiquer avec une telle ferveur un débat que vous contribuez pourtant à alimenter par le biais de votre billet, mais il ne s’agit ici que d’une opinion bien personnelle.

  2. Avant que tlm te revienne en te traitant de gros sans cœur je me permets de te dire que j’aime beaucoup l’idée que tu soulignes comme quoi le monde sont contents de pouvoir chier sur la tête de quelqu’un pour se remonter. Ça enlève rien au terrible de la chose, mais c’est vrai. On aime ça diaboliser une cible et se remonter sur son dos. En tout cas je me dis que pour qu’un gars soit amené à buter ses enfants, il faut des conditions particulières desquelles personne ne peut réellement juger. C’est tellement courant, en plus, ce genre de crime, c’est vieux comme le monde.

    Je salue la réaction de la mère qui est plus que rationnelle, elle cherche pas la grosse vengeance sale, c’est ça qui est ça, c’est laid et triste et ça va rester de même.

  3. Effectivement, mon billet ne s’applique pas qu’au cas Guy Turcotte, ne se veut pas un commentaire sur le verdict dans cette cause en particulier et ne tente pas de minimiser l’horreur de l’infanticide. Je suis juste navré de constater le cirque médiatique dans lequel on tombe à toutes les fois ou sont couverts ce genre de faits divers.

  4. Tout n’est qu’une question de jurisprudence, d’exemple en termes simple, que les avocats pourront utiliser pour défendre leurs clients meutriers. La population a un peu peur que ce Guy tue encore, mais surtout peur que les prochains crimes graves soient justifiés par la maladie mentale et qu’ainsi, tout criminel soit libéré sans trop de problème.
    Si on peut justifier l’intention de tuer par la dépression, n’importe qui pourra justifier ses actes par son état d’âme et ainsi le déclarer non criminel.
    Mais pour la furie médiatique, bah, c’est l’été, il ne se passe rien en politique. V’la une semaine, c’était la visite du couple royale, cette semaine, c’est ça, et crois-moi, ça va aussi passer.
    Ça me rappelle l’histoire, en été 2009, de l’enfant de 7 ans que son père a laissé prendre le volant. C’est principalement parce que les journalistes n’ont rien à dire mais qu’ils se doivent de dire de quoi.

    On ne veut pas écouter les nouvelles pour changer le monde, mais bien pour se divertir!

  5. @redneck: excellent post !
    justement pour appuyer tes propos, vous irez lire ça: t.co/LMLAHnT illustrant un triste exemple de dérapage dans cette histoire…

  6. Je suis d’accord avec ce billet. J’en reviens pas à quel point les gens se permettent de remettre en cause la décision du jury seulement parce qu’eux voulaient que le grand méchant loup ait la grosse punition.

    Le_flibustier; Je ne suis pas juriste, mais je suis pas mal sûr que la jurisprudence ne marche pas comme ça. C’est simplement la bonne vielle clause d’aliénation mentale, quelquechose qui est difficile à faire valloir si je me fie à ce que j’ai lu. Donc non, la décision du jury (et non du juge d’ailleurs) ne crée pas un précédent.

  7. Le québec à voter pour des parties politiques aux fédérales depuis 20 ans qui vise la réhabilitation plutôt que la punition. Surpris non, est-ce que c’est la faute des avocats non. C’est le système et le système vient des lois et de vos votes. Si vous avez vote npd ben ostie assumer vous.

  8. Ouais je suis d’accord, seulement ton ton semble suggérer que c’est une mauvaise direction, et je ne pense pas que ça soit le cas

  9. @Julidn: Merci pour le lien

  10. En 2008, Mme Gaston s’est rendu compte que M. Turcotte consultait de la pornographie masculine. Ce n’était pas la première fois qu’elle le soupçonnait d’être gai, même si sexuellement, cela allait bien entre eux. Elle l’a confronté et lui a suggéré de vérifier par lui-même, d’aller faire ses expériences. M. Turcotte a assuré qu’il n’était pas gai.

  11. Votre source à ce sujet, « Émasculé »?

  12.  »Ce n’est pas le verdict qui me déçoit. Ce n’est pas tant le crime horrible qui me choque » Criss si ca te choque pas laisse moi te dire que té pas bin dans tête…j’dis pas que l’ampleur que ca a pris du côté des média cé correct mais la faut pas virer fou non plus le crime pis la sentence cé pas mal pire que ce qu’en on fait les médias de cette histoire là, entk j’espère que tu t’es mal exprimé sinon j’espère que tu vas te faire enfermer au plus criss le malade…

  13. Brayden: « j’espère que tu t’es mal exprimé sinon j’espère que tu vas te faire enfermer au plus criss le malade »

    Non, je me suis bien exprimé. Si ça cause une si grande réaction émotive chez toi, grand bien t’en fasse mais tu es en train de fournir un bon exemple de ce que j’essaie de condamner dans mon billet.

  14. Selon le Doc Mailloux, Turcotte était amoureux de son meilleure ami (devenu l’amant de sa femme), mais inconsciemment. Il ne se l’avouait pas à lui-même. Mais le meilleur ami en question, s’intéressait beaucoup aux enfants, comme un second père. Turcotte serait devenu jaloux des enfants, comme un petit gars de 4 ans en manque d’attention.

  15. osti de potineur brayden ne soyez pas infantile, turcotte était confus car il avait oublié de mettre les pyjamas à ses enfants le soir du drame, il est normal d’être émotif face à un verdict qu’on ne comprend pas.
    pour rendre un verdict aujourd’hui, il te faut un tv

  16. En tout cas le magazine La Semaine a flairé la bonne affaire avec leur cover de cette semaine. On voit Turcotte avec un de ses enfants alors bébé, avec un headline cité d’un prête qui dit lui avoir parlé, et dans un carré au-dessus on voit la face de la mère qui témoigne ou je sais pas trop … il me semble que c’est rare que les magazines à potins vont jusqu’à se mêler d’affaires publiques comme ça, ils devraient peut-être rester dans leurs plate-bandes …